location de lodges en zoo
Africa-Lodges : dormir en lodge dans un zoo

L’AIGLE DES STEPPES

Statut IUCN

classification

Nom scientifique Aquila nipalensis

Ordre Accipitriformes

Famille Accipitridés

L’aigle en chiffres

Poids 2,4 à 3,8 kg

Incubation 45 jours

Longévité 40 ans en parc zoologique

Taille 1,60 à 2 m d’envergure

Portée 1 à 3 petits

alimentation

REPARTITION

Steppes et zones semi-désertiques d’Asie, d’Europe et d’Afrique

Au zoo

Notre aigle des steppes est né en mai 2012 au ZooParc de Beauval. Il nous a rejoint en août de la même année après avoir été élevé à la nurserie. Aujourd’hui, il vole en compagnie des pygargues à tête blanche dans notre spectacle d’oiseaux en vol libre, dont les premières représentations ont eu lieu en 2012.

Biologie

L’aigle des steppes ressemble à la plupart des aigles. Il se différencie des autres par la présence de tâches rousses sur la nuque et le cou des adultes. Les jeunes arborent leur pelage d’adulte vers 4 à 5 ans.

C’est un rapace migrateur, quittant l’Asie centrale au début de l’automne pour rejoindre l’Afrique.

Carnivore opportuniste, il possède une grande variété de techniques de chasse. Le plus souvent, il plane dans les airs avant de fondre sur sa proie qu’il capture au sol. Il est également capable de se mettre en embuscade à l’entrée d’un terrier. Plus étonnant encore, l’aigle des steppes a été observé en train de guetter les mouvements du sol avant de plonger ses serres puissantes sous terre pour en ressortir des rongeurs. Il consomme également quelques insectes, volent les proies des autres rapaces ou encore se nourrit sur des charognes.

La reproduction dépend de la disponibilité en proies, le nid est souvent au sol et les petits (de 1 à 3) quittent le  nid entre 55 et 65 jours après leur naissance.

Conservation

 En 2015, l’Union Internationale de Conservation de la Nature a révisé le statut de l’aigle des steppes. “En préoccupation mineure” de 1988 à 2013, il est aujourd’hui classé “en danger”. 60% de sa population a disparu depuis 1997. Les raisons de ce déclin sont multiples : steppes transformées en terres agricoles, persécution, capture des poussins (trafic d’animaux), électrocution sur les lignes haute tension et intoxication au Diclofenac (anti-inflammatoire utilisé pour le bétail).

Des actions de conservation sont en cours pour remplacer les lignes électriques dangereuses, sensibiliser les populations locales ou encore interdire l’utilisation du Diclofenac.