location de lodges en zoo

Les reptiles

La tortue geante

Statut IUCN

classification

Nom scientifique Chelonoidis nigra

Ordre Testudine

Famille Testudinidé

La tortue en chiffres

Poids 50 à 320 kg

Incubation 2,5 à 3,5 mois

Longévité 150 ans

Taille plus d’1,20m de long

Portée jusqu’à 30 petits

alimentation

REPARTITION

Habitats divers (selon sous-espèces) de l’Île des Galapagos

carte tortues géantes

Au zoo

MALE TORTUE GALAPAGOS ZOO BOISSIERE DU DORENées en 2001, nos deux femelles sont arrivées en juin 2006 du Zoo de Zürich. Elles sont maintenant accompagnées d’un mâle né en 1999, venu du Zoo de Londres en 2015. Cependant, ce dernier est rarement en contact avec elles, étant donné son caractère très spécial !

Biologie

DSCN9864La tortue géante des Galapagos est la plus grande des tortues vivantes. Il existe un dimorphisme très marqué entre le mâle et la femelle, celle-ci pouvant être jusqu’à 3 fois moins grosse que lui.

Dans la nature, il est possible d’observer la tortue géante avec ses membres bien tendus afin de faciliter le travail de pinsons occupés à débarrasser sa peau des parasites. Méfiance ! Certaines tortues utilisent cette posture pour chasser. Une fois l’oiseau sous le plastron, elles l’écrasent avant de le manger.

Capable de rester plusieurs mois sans boire, la tortue géante des Galapagos absorbe ensuite près de 15% de son poids en eau, et ce en une seule prise !

Conservation

Plusieurs sous-espèces de tortues géantes ont disparu depuis qu’elles ont été découvertes par l’Homme. Les sous-espèces restantes sont aujourd’hui menacées par des espèces introduites (rats, chats, chiens, porcs) s’attaquant à leurs petits. Les tortues doivent également faire face au bétail qui s’avère un compétiteur alimentaire redoutable.

 

partagez...Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on Pinterest

LA TORTUE A PIEDS JAUNES

Statut IUCN

classification

Nom scientifique Chelonoidis denticulata

Ordre Testudine

Famille Testudinidé

La tortue en chiffres

Poids 7 à 15 kg

Incubation 5 mois

Longévité 60 ans

Taille 30 à 75 cm de long

Portée 4 à 8 petits

alimentation

REPARTITION

Forêts tropicales sud-aléricaines

Carte tortue charbonnière

Au zoo

Les tortues à pieds jaunes sont dans le vivarium de l’Iguazu Park.

Biologie

DSCN9486Chez plusieurs espèces de tortues, il est facile de distinguer le mâle de la femelle en observant la face ventrale (plastron) de leurs carapaces. Celle du mâle est légèrement concave, de manière à faciliter les accouplements. Celle de la femelle est plate, afin d’augmenter l’espace disponible pour le développement des œufs.

Les tortues sont dans un espace chauffé avec certains points encore plus chauds sous les lampes rouges. Ce dispositif est essentiel à leur bonne santé, ces animaux étant des ectothermes ou, plus couramment nommés, « à sang froid ». Leur température interne dépend des conditions extérieures. Ainsi, pour se réchauffer, les tortues ne peuvent pas compter sur leur métabolisme et sont contraintes de se placer près de sources de chaleur.

Conservation

La tortue à pieds jaunes est chassée de manière intensive pour sa viande ou pour être vendue comme animal de compagnie, notamment aux touristes désireux de ramener un souvenir original de leurs vacances.

partagez...Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on Pinterest

L’iguane vert

Statut IUCN

POPULATION NON RECENSÉE

classification

Nom scientifique Iguana iguana

Ordre Squamate

Famille Iguanidé

L’iguane en chiffres

Poids 1,5 à 5 kg

Incubation 3 mois

Longévité 10 à 15 ans

Taille 1,2 à 1,7 m de long (avec la queue)

Portée 15 à 75 petits

alimentation

REPARTITION

Forêts tropicales sud-américaines

Carte iguane vert

Au zoo

Notre couple d’iguanes vit bien au chaud, dans le vivarium. Ils sont arrivés au Zoo de La Boissière du Doré en mars 2013 et ont été rejoint par une femelle à trois pattes en 2017. Cette dernière nous a été confiée par les vétérinaires suite à son abandon.

Biologie

Iguane vert - Perrine MarotelL’iguane possède un œil au dessus de son crâne. Nommé œil pariétal, il ne permet pas à l’iguane de distinguer des images nettes mais d’estimer le taux d’ensoleillement et d’ombre ou encore la présence de prédateurs.

L’iguane vit en harem, un groupe composé d’un mâle et plusieurs femelles. Un à deux mois après les accouplements, les femelles pondent sur un même site entre 15 et 75 œufs chacune. Une fois nés, les petits sont livrés à eux-mêmes et seulement 2,5% d’entre eux atteignent l’âge d’un an.

Afin d’intimider les intrus, l’iguane gonfle son corps, se dresse sur ses pattes et hoche la tête, la crête bien hérissée. Il n’hésite pas à se battre, fouettant ses adversaires avec sa longue queue ou infligeant de sévères morsures au niveau de la nuque. D’ailleurs, l’iguane est muni d’écailles dures, dites tuberculées, au niveau du dos et du cou pour se protéger.

Conservation

L’iguane ne fait pas partie des espèces recensées par l’Union Internationale de Conservation de la Nature. Nous ne savons pas quels sont les effectifs actuels. Cependant, ce lézard est largement capturé pour répondre à la tendance des Nouveaux Animaux de Compagnie.

partagez...Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on Pinterest

Le boa constricteur

Statut IUCN

POPULATION NON RECENSÉE

classification

Nom scientifique Boa constrictor

Ordre Squamate

Famille Boïdé

Le boa en chiffres

Poids 6 à 18 kg

« Gestation » 5 à 7 mois (ovovivipare)

Longévité 20 ans

Taille 2,5 à 3,2 m

Portée 10 à 40 petits

alimentation

REPARTITION

Forêts tropicales, savanes et cultures sud-américaines

carte boa constrictor

Au zoo

BOA CONSTRICTOR ZOO BOISSIERE DU DORENos boas ne sont pas encore visibles du public. Tous deux nous viennent de particuliers. Ils habitent les coulisses de la volière sud-américaine pour le moment mais devraient se voir attribuer un terrarium côté public en 2018 !

Biologie

BOA CONSTRICTEUR ZOO BOISSIERE DU DOREComme son nom l’indique, le boa est un serpent constricteur. Excédant rarement les 3 mètres de long, il n’est pas dangereux pour l’espèce humaine. Nous avons longtemps pensé, à tort, que les serpents constricteurs étouffaient leurs proies. En réalité, une étude américaine a démontré que les victimes des serpents ne mourraient pas d’asphyxie. Ce ne sont pas les poumons qui cessent de fonctionner mais la circulation sanguine. Voilà pourquoi la mise à mort est si rapide.

Conservation

Le boa, bien que protégé par la Convention de Washington (annexe II), est chassé pour sa peau, très prisée en maroquinerie. Soyons vigilants lors de nos achats afin de préserver cette espèce essentielle à la régulation des populations de rongeurs, entre autres.

partagez...Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on Pinterest

Le python birman

Statut IUCN

classification

Nom scientifique Python bivittatus

Ordre Squamate

Famille Pythonidé

Le python en chiffres

Poids jusqu’à 100 kg

Incubation 2 mois

Longévité 20 à 25 ans

Taille 3 à 5,7 m de long

Portée 80 à 100 petits

alimentation

REPARTITION

Forêts tropicales et mangroves asiatiques

Sans titre-1

Au zoo

Notre couple de pythons vient du Zoo de Thoiry. Le mâle, de couleur jaune, est albinos, un défaut génétique très peu observable dans la nature. En effet, les pythons albinos se camouflent très mal et chassent difficilement.

Biologie

PYTHON DE BIRMANIE ZOO BOISSIERELe python n’est pas un serpent venimeux. Pour tuer ses proies il s’entoure autour d’elles afin de couper la circulation sanguine. Il les avale ensuite en une seule fois. Les os de sa mâchoire étant disjoints, il peut ingurgiter des proies plus grosses que sa tête.

Plusieurs femelles de cette espèce ont pratiqué la parthénogénèse. Cela signifie qu’elles ont pondu des œufs viables en l’absence de mâles. Les analyses ont bien montré que les petits étaient génétiquement identiques à leur mère.

Conservation

Entre 2002 et 2012, 30% des pythons de Birmanie ont disparu en moyenne (80% au Vietnam et 90% en Chine). Ce serpent est surexploité pour sa peau, sa chair, la médecine traditionnelle et le commerce des NAC (nouveaux animaux de compagnie). Pour protéger cet animal, essentiel à l’équilibre des écosystèmes asiatiques, adoptons un comportement responsable lors de nos voyages et de nos choix d’animaux de compagnie.

partagez...Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on Pinterest