location de lodges en zoo

Les ongulés

damalisque-zoo-bdd

Le damalisque

Statut IUCN

classification

Nom scientifique Damaliscus pygargus phillipsi

Ordre Cétartiodactyles

Famille Bovidés

Le damalisque en chiffres

Poids 55 à 80 kg

Gestation 8 mois

Longévité 15 à 20 ans

Taille 140 à 160 cm de longueur

Portée 1 petit

alimentation

Repartition

Savanes

Au zoo

Notre mâle reproducteur est arrivée de Planète Sauvage en 2013. Il est accompagné de deux femelles reproductrices : une née à La Boissière en 2012, l’autre originaire de Jurques. Les deux jeunes de 2015 sont encore au parc, ainsi évidemment que les deux petites nées en 2016.

Biologie

femelle-gestante-zoo-bdd-damalisquePendant l’été et l’automne, le mâle damalisque défend vigoureusement son territoire contre les autres mâles. Chaque harde comporte une vingtaine de femelles et leurs petits. En dehors de la saison de reproduction, des clans peuvent se réunir et ainsi former des groupes de plusieurs centaines d’individus.

Le damalisque est une espèce nidifuge. Cela signifie que le petit se lève rapidement pour suivre sa mère, comme les canards par exemple. Il est capable de marcher 1 à 2 heures après sa naissance.

Conservation

Cette espèce fait l’objet d’un studbook européen.

partagez...Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on Pinterest
HYDROPOTE ZOO BOISSIERE

L’HYDROPOTE

Statut IUCN

redlist-vulnerable

classification

Nom scientifique Hydropotes inermis

Ordre Cétartiodactyle

Famille Cervidé

L’hydropote en chiffres

Poids 9 à 15 kg

Gestation 5,5 à 7 mois

Longévité 13 ans

Taille 45 à 55 cm de haut

Portée 1 à 3 petits (8 maximum

alimentation

REPARTITION

Prairies humide asiatiques

carte hydropote

Au zoo

Notre couple d’hydropotes est né en 2009. Ils sont arrivés au zoo en 2015. Vous pourrez les apercevoir cachés dans la végétation bordant le bassin de notre tapir malais.

Biologie

portrait hydropoteL’hydropote, ou cerf d’eau, est le seul cervidé à ne pas posséder de bois. Pour se défendre, les mâles sont munis de longues canines pouvant atteindre 10 cm de long. Quant aux femelles, elles sont les seules représentantes de cette famille à mettre au monde des portées de plusieurs petits.

Les hydropotes sont calmes et discrets. Ils sont surtout actifs le matin et le soir et passent leurs journées cachés dans la végétation dense. Les mâles, très territoriaux, cohabitent avec quelques femelles et repoussent vigoureusement les intrus.

Conservation

La population asiatique d’hydropotes diminue chaque année. Ces cerfs sont chassés pour leur viande. De plus, leur habitat est détruit et les faons tués pour la médecine traditionnelle.

La population introduite en Grande-Bretagne prospère mais ne semble pas représenter une menace écologique.

partagez...Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on Pinterest
zèbres

LE ZEBRE DE GRANT

Statut IUCN

redlist-preocmineure

classification

Nom scientifique Equus quagga bohemi

Ordre Périssodactyle

Famille Equidé

Le zebre en chiffres

Poids 175 à 385 kg

Gestation 13 mois

Longévité 35 ans

Taille 1,10 à 1,45 m au garrot

Portée 1 petit

alimentation

REPARTITION

Savane africaine

carte zebre de grant

Au zoo

4 bb 2014Le zèbre était l’une des toutes premières espèces exotiques à arriver au zoo de la Boissière, en 1986.

Aujourd’hui la harde est composée de 5 adultes, dont un mâle arrivé de Peaugres en 2012 et 3 femelles nées à La Boissière en 2006 et 2009. Au total, 21 zèbres sont nés au zoo, dont 2 en 2016. Le troupeau profite des 5 hectares de plaine en compagnie des rhinocéros et des gnous, entre autres. Certains soirs d’été, il est possible de les observer se réunir autour du point d’eau sous un ciel rougeoyant.

Biologie

Inge (1)Le zèbre de Grant possède une très bonne vision de jour comme de nuit.

Ses oreilles pivotent dans tous les sens afin d’être aux aguets des moindres bruits. La combinaison de leurs rayures est propre à chaque individu.

Ces rayures ont un effet « répulsif » contre les parasites qui ont une tendance à aller vers du monochrome. Elles servent également contre ses prédateurs. Lorsque que les zèbres courent en groupe, les diverses rayures rendent flou le contour de ces animaux, ce qui désoriente les carnivores.

Conservation

zebre point eauUne sous-espèce voisine du zèbre de Grant, le quagga, s’est déjà éteinte il y a environ 20 ans.

Le zèbre est toujours menacé par la chasse. De plus, les grandes sécheresses des années 70 ont favorisé le déclin des populations. Aujourd’hui, il existe plusieurs programmes de sauvegarde qui permettent à la population de zèbres de Grant de rester stable.

partagez...Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on Pinterest
Rhinos

Le rhinoceros blanc

Statut IUCN

redlist-quasi-menace

classification

Nom scientifique Ceratotherium simum simum

Ordre Périssodactyle

Famille Rhinocérotidé

Le rhinoceros en chiffres

Poids 1,5 à 2,5 tonnes

Gestation 18 mois

Longévité 40 à 50 ans

Taille 3,5 à 4 m de long

Portée 1 petit

alimentation

REPARTITION

Savane africaine

carte rhinocéros

Au zoo

Né en 2006 au zoo de Giveskud (Danemark), le mâle rhinocéros a fait ses premiers pas à La Boissière du Doré le 30 mars 2011. Il est rejoint par deux femelles originaires d’Afrique du Sud le 2 février 2012. Très vite, les soigneurs observent des accouplements et les prises de sang effectuées sur les femelles confirment 2 gestations. Le premier petit, un mâle, nait le 24 janvier 2014. Sa petite sœur voit le jour le 19 décembre de la même année. Le premier petit est parti pour le Zoo de Lille le 14 décembre 2016.

Biologie

MAXLa peau du rhinocéros blanc est en fait grise. Ce nom vient d’un quiproquo. En Afrique du Sud, les colons néerlandais ont appelé ce rhinocéros le « rhinocéros à bouche large », ce qui se traduit par le mot « widje ». Les Africains du sud employèrent le mot wide (large en anglais). Les Britanniques ont cru entendre white (signifie blanc en anglais) et c’est la nomination britannique qui est restée.

Le mot rhinocéros vient du grec et signifie « corne sur le nez ». Chez le rhinocéros blanc, on en observe 2. La première mesure en moyenne 60 cm mais un individu a déjà été observé avec une corne d’1,50m ! Il ne s’agit pas d’ivoire comme les défenses de l’éléphant mais de kératine, comme nos ongles et nos cheveux.

Conservation

Save the rhinoIl reste moins de 30 000 rhinocéros. Cela signifie qu’il y a 10 fois plus d’habitants à Nantes que de rhinocéros dans le monde entier ! Ces animaux sont chassés pour leurs cornes. Celles-ci sont utilisées pour fabriquer des manches de poignard au Yemen mais elles servent surtout au marché de la médecine traditionnelle asiatique où on leur prête, à tord, des vertus aphrodisiaques et anti-cancérigènes. Le zoo de la Boissière soutient financièrement l’association « Save the Rhino », impliquée dans 18 programmes de conservation. L’objectif est de protéger les rhinocéros tout en impliquant les populations locales.

 

partagez...Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on Pinterest
Gemsbok

Le Gemsbok

Statut IUCN

redlist-preocmineure

classification

Nom scientifique Oryx gazella

Ordre Cétartiodactyle

Famille Bovidé

Le gemsbok en chiffres

Poids 210 à 240 kg

Gestation 8,5 à 9 mois

Longévité 20 ans

Taille 1,90 à 2 m de long

Portée 1 petit

alimentation

repartition

Prairies arides et semi-arides d’Afrique

carte oryx gemsbok

Au zoo

photo du zoo de la boissiere du doré en loire-atlantiqueLe groupe actuel compte 5 spécimens dont 1 mâle. Si plusieurs mâles étaient présents, cela donnerait lieu à des rivalités. Le gemsbok le plus ancien du groupe est une femelle arrivée des Pays Bas en 2008. Les trois autres femelles sont arrivées en 2012, 2013 et 2014, respectivement de Feignies, des Pays Bas et de la République Tchèque. Quant au mâle il nous a rejoint en 2015. Ce troupeau vit sur la grande plaine en compagnie des cobs de Mrs Gray, des zèbres, des rhinocéros et des gnous bleus.

Biologie

photo du zoo de la boissiere du doré en loire-atlantiqueLe gemsbok est résistant à la sécheresse. Sa dentition est composée de larges rangées d’incisives adaptées aux herbes dures. Il passe les heures chaudes de la journée couché à l’ombre. Enfin, il est capable d’augmenter sa température corporelle afin de limiter les pertes d’eau liées à la transpiration.

Caractérisé par une paire de cornes impressionnante, le gemsbok est réputé pour être la seule antilope à pouvoir tuer des lions ou des léopards. Ses cornes étaient d’ailleurs très recherchées dans l’Angleterre médiévale où elles étaient vendues à l’unité comme appartenant à des licornes.

Conservation

Il ne semblerait pas y avoir de menaces majeures sur cette espèce dont les populations sont stables.

eep

partagez...Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on Pinterest
Oryx Algazelle

L’oryx algazelle

Statut IUCN

redlist-eteint

classification

Nom scientifique Oryx Dammah

Ordre Cétartiodactyles

Famille Bovidés

L’oryx algazelle en chiffres

Poids 150 à 210 kg

Gestation 222 à 250 jours

Longévité 25 ans

Taille 1m50 à 2m40 de haut

Portée 1 petit

alimentation

Repartition

Semi-désert, plaines, collines

carte oryx algazelle

Au zoo

oryx algazelleLe parc héberge des oryx algazelle depuis 1998. Un tout nouveau groupe reproducteur a été formé en été 2014, suite aux recommandations de la coordinatrice européenne du programme d’élevage.

Trois femelles sont arrivées du Royaume-Uni pour rejoindre la femelle présente depuis 2008.

Le mâle qui l’accompagnait a intégré un programme d’élevage en Afrique du Nord, avec l’espoir d’être ensuite réintroduit dans le milieu naturel.

Deux petits mâles sont nés en juin 2016 et un nouveau mâle reproducteur originaire de Pologne est arrivé en septembre 2016.

Biologie

oryx algazelle 2L’oryx algazelle est spécialisé pour vivre dans les milieux désertiques. Il possède notamment des reins limitant la production d’urine.

De plus,  il est capable d’augmenter sa température corporelle jusqu’à 46,5° avant de transpirer. Ainsi, il évite la déshydratation.

Cette antilope vit en groupe pouvant atteindre une quarantaine d’individus voire plus à certaines périodes de l’année. A la saison humide, le troupeau se déplace vers le nord qu’il quittera au retour de la saison sèche.

Conservation

eep

Cette espèce participe à un Programme d’Elevage Européen (EEP).

Assèchement et chasse ont eu raison des populations sauvages d’oryx algazelle, espèce considérée éteinte depuis 2000. Heureusement, la reproduction dans les réserves et les zoos permettent la mise en place de programmes de réintroduction en Tunisie, au Maroc et au Sénégal. Un de nos mâles a d’ailleurs rejoint l’un de ces programmes en 2014.

partagez...Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on Pinterest
Muntjac de Reeve

Le Muntjac de Reeve

Statut IUCN

redlist-preocmineure

classification

Nom scientifique Muntiacus reevesi

Ordre Cétartiodactyles

Famille Cervidés

Le muntjac en chiffres

Poids 10 à 20 kg

Gestation 7 mois

Longévité 10 à 15 ans

Taille 40 à 55 cm de haut

Portée 1 petit

alimentation

Repartition

Forêts

 Au zoo

Le Zoo de la Boissière héberge des muntjacs depuis 2014. Ce petit cervidé bien particulier est visible dans l’enclos des pandas roux ainsi que dans la volière des Langurs de Java.

Biologie

PORTRAIT MUNTJACLe muntjac appartient à la même famille que les cerfs. Cependant, il ne vit pas en harde : il est seul ou en couple.

Les bois du mâle atteignent 15 cm maximum, ce qui ne lui permet pas d’infliger de graves blessures. Pour se défendre, les muntjacs utilisent leurs longues canines en forme de crochets.

Les mâles muntjacs possèdent quatre glandes sécrétant du musc : deux sont situées sous les yeux (larmiers) et deux sous le pli de peau au niveau du front. Ainsi, ils peuvent marquer leur territoire en frottant leur tête sur différents supports.

Il doit son nom à John Reeve qui l’a découvert au début du XIXe siècle.

Conservation

Le muntjac n’est pas menacé. Cependant, leur nombre tend à diminuer à cause de la chasse et de la destruction de leur habitat.

partagez...Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on Pinterest
Koudou

Le Grand Koudou

Statut IUCN

redlist-preocmineure

classification

Nom scientifique Tragelaphus strepsiceros

Ordre Cétartiodactyles

Famille Bovidés

Le grand koudou en chiffres

Poids 120 à 315 kg

Gestation 9 mois

Longévité 25 ans

Taille 2m à 2m50 de long

Portée 1 petit

alimentation

repartition

Savane, plaines

carte grand koudou

Au zoo

grand koudouLes grands koudous se trouvent sur la première plaine africaine, en compagnie des girafes.

Deux femelles originaires du Danemark sont arrivées en 2013. Elles se sont accouplées avec notre ancien mâle reproducteur et sont aujourd’hui en compagnie de deux jeunes nés en 2014 (un mâle et une femelle).

Nous attendons l’arrivée d’un nouveau mâle reproducteur et projetons le départ du jeune mâle.

Biologie

grand koudou 2Le grand koudou est un animal sociable. Les femelles vivent en groupes avec leur progéniture (jusqu’à 6 individus). Les mâles sont en troupeaux allant de deux à dix antilopes.

Les deux sexes se regroupent pendant la saison des amours seulement. Les mâles entament alors des combats pendant lesquels les deux protagonistes peuvent rester coincés, les cornes enchevêtrées.

Après une gestation de neuf mois, la femelle met bas dans les hautes herbes où sont petit restera caché pendant deux semaines avant de rejoindre les autres membres du groupe.

Conservation

Les grands koudous sont encore largement répandus au sud de l’Afrique centrale. Cependant, ils se font de moins en moins nombreux à l’est du continent et ils semblent particulièrement menacés en Somalie, en Ouganda, au Tchad et au Kenya.

Cet animal, chassé pour sa viande et ses cornes, est également victime de la disparition de son espace vital.

 

partagez...Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on Pinterest
Gnou bleu

Le gnou bleu

Statut IUCN

redlist-preocmineure

classification

Nom scientifique Connochaetes taurinus

Ordre Cétartiodactyles

Famille Bovidés

Le gnou bleu en chiffres

Poids 120 à 270 kg

Gestation 240 à 270 jours

Longévité 25 ans

Taille 1m50 à 2m40 de long

Portée 1 petit

alimentation

Repartition

Savane

carte gnou bleu

 

Au zoo

gnou bleuUn mâle arrivé en 2013 des Pays Bas  et deux femelles habitent la deuxième plaine africaine. Ils sont accompagnés de deux jeunes nés à La Boissière en 2015 (un mâle et une femelle).

Attention au caractère bien trempé de ce monsieur qui essaie même de s’en prendre aux rhinocéros !

Biologie

gnou bleu 2Le mâle est solitaire alors que les femelles vivent ensemble avec leurs petits. C’est une fois âgé de un à quatre ans que les juvéniles se regroupent puis partent en solitaire pour établir leur territoire.

Lors de la période de reproduction les mâles s’affrontent et se menacent. D’ailleurs, c’est le cri étrange qu’ils émettent lors de ces combats qui leur a valu leur nom.

Certains gnous bleus sont sédentaires mais la plupart se rassemblent pour migrer sur des centaines de kilomètres suivant les saisons. Ces grandes hardes peuvent atteindre plusieurs dizaines de milliers d’individus. Pendant ces déplacement, les pertes nombreuses sont entre autres dues aux crocodiles, profitant des traversées de rivières.

Conservation

Les gnous sont importants dans la chaîne alimentaire, notamment pour le crocodile ou les autres grands prédateurs de la savane.

Encore largement répandus, ils sont tout de même énormément chassés et leur territoire diminue sans cesse avec l’augmentation de l’agriculture et des populations humaines.

partagez...Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on Pinterest
Girafon Naam

La girafe de Rothschild

Statut IUCN

redlist-en-danger

classification

Nom scientifique Giraffa camelopardalis rothschildi

Ordre Cétartiodactyles

Famille Giraffidés

La girafe en chiffres

Poids 700 à 1100 kg

Gestation 15 mois

Longévité 25 ans

Taille 4m50 à 5m50 de haut

Portée 1 petit

alimentation

Repartition

Savane

carte girafe de rothschild

Au zoo

girafeC’est en 1987 que La Boissière voit arriver son premier couple de girafes. Le groupe actuel est constitué depuis 2006.

Trois femelles accompagnées d’un petit mâle né en 2016 profitent de 3 hectares de plaine africaine en compagnie de nombreuses antilopes et des célèbres autruches.

Biologie

girafe 2La girafe est le plus grand mammifère terrestre. Elle atteint donc aisément les feuilles composant son régime alimentaire.

Grâce à sa langue préhensile de 45 cm de long, elle cueille chaque jour jusqu’à 130 kg de feuillages. La position inconfortable et dangereuse qu’elle prend pour boire la pousse à ne s’abreuver que 2 fois par semaine.

Ces mammifères vivent dans des groupes d’une dizaine d’individus dont la composition peut changer quotidiennement. Une hiérarchie est établie chez les mâles lors de la période de reproduction. Elle se définit après de nombreux combats où les mâles utilisent leurs cornes osseuses (ou ossicônes) et leur cou. Seul le vainqueur peut s’accoupler.

Les femelles donnent naissance à un petit pesant près de 70 kilos et mesurant entre 1,80 et 2 mètres.

Conservation

eep

Cette espèce participe à un Programme d’Elevage Européen (EEP).

La girafe de Rothschild est l’une des sous-espèces les plus menacées. Moins de 700 individus survivent dans des réserves protégées au Kenya et en Ouganda.

L’expansion humaine pousse les girafes dans des territoires de plus en plus restreints où les ressources alimentaires s’amenuisent. Les girafes se nourrissent alors dans les plantations agricoles, créant ainsi des conflits avec les populations locales qui les chassent.

partagez...Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on Pinterest
Cob de Mrs Gray

Le Cobe de Mrs Gray

Statut IUCN

redlist-en-danger

classification

Nom scientifique Kobus megaceros

Ordre Cétartiodactyles

Famille Bovidés

Le cobe de Mrs Gray en chiffres

Poids 50 à 100 kg

Gestation 7 à 8 mois

Longévité 20 ans

Taille 80 à 105 cm au garrot

Portée 1 petit

alimentation

Repartition

Marécages, marais, steppes

carte cob de Mrs Gray

Au zoo

cob de Mrs Gray 2Deux groupes de cobes de Mrs Gray sont présentés au zoo de la Boissière.

Le premier groupe évolue sur la plaine des girafes. Il s’agit du groupe reproducteur composé d’un mâle et de 6 femelles adultes accompagnés d’un jeune mâle né en 2015 et de 5 petits nés en 2016 (1 mâle et 4 femelles).

Sur la plaine des rhinocéros, le groupe se compose de 6 mâles. Ce groupe de « bachelors » permet de résoudre les problèmes de surplus de mâles.

Biologie

cob de Mrs GrayLe cobe de Mrs Gray ou  cob de Lechwe du Nil, s’est adapté parfaitement à son environnement. Il utilise les herbes hautes pour s’y cacher pendant la journée. Allongé, seules ses cornes sont visibles, un véritable atout contre ses prédateurs.

Le cobe est particulièrement adapté aux milieux humides. La forme en V de ses sabots lui permet de se déplacer aisément, sans s’enfoncer dans la boue.

Il est également capable de s’immerger complètement en ne laissant dépasser que ses narines. Enfin, sa croupe, plus imposante que l’avant de son corps, lui sert à bondir dans l’eau.

Conservation

eep

Cette espèce participe à un Programme d’Elevage Européen (EEP).

La population de cobes a diminué de près de 50% ces dernières années. Les raisons majeures de ce déclin sont la perte de leur habitat, liée à l’expansion humain, et la chasse importante, pour la viande et les trophées.

partagez...Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on Pinterest
Le tapir malais

Le Tapir malais

Statut IUCN

redlist-en-danger

classification

Nom scientifique Tapirus indicus

Ordre Périssodactyle

Famille Tapiridé

Le tapir en chiffres

Poids 300 à 400 kg

Gestation 13 mois

Longévité 30 ans

Taille 1m10 de haut

Portée 1 petit

alimentation

REPARTITION

Forêts asiatiques

carte tapir malais

Au zoo

Tapir-malais-dans-leauJusqu’en 2014, le parc hébergeait des tapirs terrestres, espèce sud-américaine classée comme étant vulnérable par l’UICN. Beaucoup plus menacé, le tapir malais est également très rare en captivité.

L’objectif du zoo de la Boissière étant de participer à la reproduction d’espèces particulièrement menacées, le directeur a souhaité intégrer le programme d’élevage du tapir malais.

Notre mâle, arrivé d’Angleterre en 2014, est aujourd’hui en attente d’une femelle génétiquement compatible.

Biologie

Tapir malais

Le tapir fait partie de l’ordre des Périssodactyles, comme les chevaux et les rhinocéros. Il possède un nombre impair de doigts aux pattes postérieures. Son odorat est précis et vital pour trouver de la nourriture, sentir le danger et les autres tapirs puisque sa vue est limitée.

Solitaire et nocturne, cet animal discret est difficilement observable dans le milieu naturel. L’eau est un élément essentiel pour cet animal qui y passe de longues heures à se rafraichir. C’est également là qu’ont lieu les accouplements.

Conservation

DeforestationLe recensement de 2008 indique que la population sauvage de tapirs malais est estimée entre 1500 et 2000 individus. Cet effectif inquiétant est en grande partie lié à la déforestation galopante. S’ajoute à ce désastre la chasse illégale. L’industrie de la pâte à papier est une responsable majeure de la déforestation en régions tropicales. Chaque année, 850000 tonnes de publicités sont distribuées en France, soit 31kg par foyer.

En refusant ces prospectus dans nos boites aux lettres, nous pouvons protéger les forêts tropicales et leurs habitants. Vous pouvez récupérer un autocollant gratuit sur le site www.stoppub.fr.

partagez...Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on Pinterest